" Je jure, comme avocat, d'exercer mes fonctions avec dignité, conscience, indépendance, probité et humanité ". Tel sont les termes du serment des avocats.

La profession d’avocat est réglementée ; l’exercice de cette profession suppose remplies des conditions de diplômes, d’assurance, d’inscription au Barreau En outre, l’avocat doit respecter de nombreuses règles de déontologie bâties au fil des décennies et encadrant strictement l’exercice de ce métier. L’avocat, profession libérale par essence et dont le maître-mot est « indépendance » est soumis au respect de règles déontologiques dont le respect strict est contrôlé par le Bâtonnier et dont la violation est sévèrement sanctionnée.

Ainsi, bien que mandataire de son client, représentant celui-ci dans les domaines juridiques ou judiciaires, l’avocat ne peut s’écarter de ses obligations de probité, de loyauté, de délicatesse, et d’un certain nombre de principes essentiels guidant sa profession.

Le maniement des fonds des clients ou des parties aux affaires traitées par les avocats sont également strictement encadrés par des règles strictes. Les fonds des clients, les sommes versées dans le cadre de condamnations par exemple transitent obligatoirement par le compte CARPA de l’avocat concerné ; ce compte fonctionne sous le contrôle du Bâtonnier suivant des procédures bien organisées ; il est assuré par une police d’assurance souscrite par l’Ordre des Avocats à laquelle chaque avocat doit cotiser.

Parmi les obligations faites aux avocats figure celle de la formation continue : les avocats doivent obligatoirement suivre un certain nombre d’heures de cours de formation chaque année.

La responsabilité civile des avocats est assurée par une police d’assurance collective.